Fontenelle: "La Dent d'Or", Histoire des oracles

 

Objet d’Etude : Argumenter : convaincre, persuader, délibérer

 

Séquence 2 : L’Apologue dans l’argumentation

 

Texte 3: Fontenelle: "La Dent d'Or", Histoire des Oracles

 

 

Fontenelle, au début de sa carrière littéraire était du mouvement précieux puis il a commencé à écrire des textes scientifiques. C’est le précurseur de Voltaire, de la lutte des philosophes contre les préjugés religieux, c’est le premier homme des Lumières. Fontenelle, mondain, bel esprit, honnête homme, a été élu secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences en 1697. Il devient un philosophe et un savant. Fontenelle poursuit la dénonciation de superstition en visant aussi le christianisme lorsqu’il rédige L’Histoire des Oracles en 1687. Inspiré d’un traité en latin d’un auteur hollandais Van Dale, l’Histoire des Oracles s’attache à discréditer les oracles, les miracles et à semer le doute à propos du surnaturel. Dans cet extrait, Fontenelle s’efforce à démontrer les mécanismes qui conduisent les hommes à accepter facilement ce qui les sécurise et à cherches de manière peu réfléchie la cause de phénomènes dont l’authenticité c’est même pas prouvée.                      

I) L’art de l’Apologue

1) un exemple concret et l’illusion réaliste

Temporel --> succession - valeur réaliste, valeur de vérité
Emploi du passé simple, aspect narratif (l.7-20)
Structure du texte    concret + conclusion + élargissement - Soucis d'authenticité: l'université de Helmstadréalisme
Réalisme = abondance de nom

Morale de deux registres mélangés : satirique + didactique

Structure : Une anecdote centrale encadrée par un conseil et une présentation et par une généralisation de l’auteur.
- La présentation ou entrée en matière de l’extrait estune recommandation de l’auteur (verbes et expression de la raison :"assurer" et "inquiéter de la cause" l.3 ; "fait" l.4). C’est donc une présentation de la démarche expérimentale, les causesde sa non utilisation ( à cause de sa lenteur : "cette méthode est bien lente" l.4) et le ridicule de la démarche rapide et simple.
Fontenelle introduit ensuite le récit en annonçant des termes objectifs (précis) comme : "fin du siècle" l.7 et "Allemagne" l.8. Il annonce aussi la tonalité de l’anecdote : "si plaisamment" l.7
L’anecdote centrale (récit) est très imposante. Il y a des guillemets qui montrent que l’auteur cite un événement vrai et Fontenelle reproduit le déroulement chronologique précis du fait.
La généralisation porte le texte vers d’autres domaines : "toutes sortes de matières" l.24. L’auteur définit ce qu’est l’ignorance et montre son pessimisme : "je ne suis pas si convaincu" l.24

2) L’aspect ludique

Contraste entre l'enjeu du classe contre Dander (merveilleux, enfantin)
Répétition de tout ces mots, comique de répétition
Auteur lui même prévient l.5: le ridicule, l.6: ce malheur arrivera si plaisémant -> dimension du comique
Adresse du destinataire l.12 "figurez vous" => + vivant
Rapidité + efficacité pour arriver conclusion l.20, malgré répétition avec une pointe
Surprise de la fin participe au côté vivant/amusant du texte: "il se trouve que" = hasard

Passage à l’anecdote : vivacité 

Passé + présent de narration

           
3) une anecdote qui entraîne une morale

Anecdote encadrée thèse l.2. Exemple qui va servir d’argumentation pour soutenir la thèse.
Apologue -> morale de registre didactique et ironique. Méthode observation scientifique
Ccl plus théorique (l.21-25) = reprise de la thèse
l.22-23 => obscurantisme: inventer des choses/trouver des raisons à des choses/faits qui n'existe pas
Après des exemples concret -> ccl abstraite

II) La méthode

1) Les principes

Champs lexical de la vérité l.2 « vrai », l.4 « vérité », l.3 et 4 « le fait » = vérifiable l. » « il est vrai » l.19 « examiner » -> examiner pour trouver la vérité, l.35 « vérité », « vrai », l.22 « raison »
Méthode : - vérification (Discours de la Méthode, Descartes 1637)
Ordre, progression (l.2) : 4 préceptes : 1
e vérification de l’observation

Tradition de la démarche scientifique

2)  Un texte méthodique
Exemple de la physique (l.26-27) absence de vérification
Exemple historique (l.30)
Exemple à ne pas suivre : « naturel »
Connecteurs logiques (l.21), « mais » (l.5, l.24, l.20)
Dernier paragraphe : compliqués, plein de négations
Il utilise volontairement un langage confus et complexe

3) Une méthode morale

Mieux vaut admettre ignorance que admettre des faits faux

III) La portée critique et satirique
           

1) Contre préjugé en général

Dents d’or : exemple simple élargi

Premier constat : Une généralisation toujours possible del’exemple : "toutes sortes de matières" l.24
Deuxième constat : La généralisation très personnelle de l’ignorance est mise en valeur par la forme (phrases complexes); Deux définitions de l’ignorance : l’ignorance normale (ne pas savoir) et l’ignorance grave (savoir ce qui n’est pas vrai). Fontenelle veut dire qu’il faut mieux ne pas savoir plutôt que de se tromper.
Troisième constat : Fontenelle parait plutôt pessimisme. Négation pour le vrai et négation pour le faux l.27-29. Ce constat négatif dont Fontenelle fait parti propose une méthode qui supprime l’erreur afin de diminuer notre ignorance.

2) Contre les savants
Ridicule de leurs noms : énumération

Les explications données par l’auteur : Dénonciation de l’incohérence, ironie avec les noms, les titres de noblesses ("Horstius" l.11 ; "Rullandus" l.18). Des modalisateurs tel que "le bruit courut" l.9, "prétendit" l.12 fixent l’absurdité des explications et l’incertitude.

Rabelais et Molière (Le Médecin Malgré Lui) se moqueront de l’absurdité de leurs pensées.

Relation avec conséquences absurdes.

Mots péjoratifs : “ ramasse ”, “ prétendre “

Les interventions de l’auteur dans le récit montrent l’opposition entre l’auteur et l’anecdote. Il apparaît dans les phrases "Figurez-vous... aux Turcs" l.14 et "il ne manquait... la dent était d’or" l.20 et dénonce indirectement (ironie) les savants. La deuxième phrase démontre l’inverse de la problématique du début.

3) Satire contre le merveilleux

Conclusion :

Ce texte nous présente une anecdote démonstrative contée très plaisamment à la manière de Voltaire : notion de rationalisme, leçon de méthode pour mieux raisonner. Attitude philosophique à tout lecteur en insistant sur les faiblesses de la raison humaine. Fontenelle invite le lecteur à humilité et à se perfectionner sans cesse. Ce texte tien son efficacité de sa progression, de son ironie, de la parodie scientifique.

  C’est un texte très bien structuré dénonçant une méthode à partir d’uneanecdote puis conseillant la bonne méthode basée sur la raison. Fontenelle est le précurseur de ce genre de texte dénonciateur, en effet, le mouvementdes philosophes des lumières découlera de ces idées là.

Thèse : Elle est exprimée en deux fois :
* au début : les savants veulent aller trop vite è ils tombent dans le ridicule d'une réflexion sans objet (on écrit des livres pour expliquer quelque chose qui n'existe pas).
* à la fin : nous n'avons pas de moyens assurés de découvrir la vérité (cf. Bayle)

 

 

 

                       

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site